30/12/2004

A Ben

Dis-moi que tu es en vie
Que cette fois encore, tu n'as pas renoncé
A te battre
Encore un ange sur l'arrête des mondes
Encore un ange perdu - abandonné
Titubant, ballotté par les vents
Bienheureux petit prince
De quelle chimère non-aboutie
Il faut que ta pureté soit si grande
Pour que même malgré toi
Rien ne te ternisse vraiment
Et que de cette lanterne que tu sembles porter devant toi
Je voie la lumière dans ton coeur
Mémoire qui tue
Murs ensanglantés, orbites vides
Que de souffrances
Pour un si petit garçon
Un si petit garçon...
(30-12-04)





22:13 Écrit par L'eau | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.