08/01/2005

Adieu regrets, remords, culpabilitéAdieu pesants souvenirsG

Adieu regrets, remords, culpabilité
Adieu pesants souvenirs
Gardons la joie bien précieusement
Je l'ai aimé puis abandonné
Comme tous les autres
Sans doute l'attachement est-il proportionnel à la souffrance
Dans l'oubli, certains souvenirs coupent encore
 
J'attends, je ne fais qu'attendre
Sans avoir jamais rien espéré
Je ris et je pleure
Je vis et je meurs
Perdue loin dans ma précieuse folie
 
Je voudrais enterrer tous ces cadavres
Qui pèsent dans mes bras
Serments, mots jolis, mots adorés,
Tout n'est-il donc qu'illusion?
Je voudrais les croire, rien qu'une fois
Une prochaine fois
Abandonner peur et méfiance
Me poser enfin un peu plus longtemps
Je suis si fatiguée
Je t'aime et je te hais
J'y ai même cru, tu sais...
Toujours la même, entière et passionnée,
Attendant toujours, loin dans mon gouffre
Ou perdue dans les hauteurs
Parfois laissant tomber quelques plumes
J'arracherais mes ailes
Pour la plus belle des visions
Celle de ton âme à la mienne offerte
De mon âme à la tienne offerte
Mais mes cris de louve dans la lande déserte
Comme un écho retentissent toujours
N'aie pas peur, petit être
N'aie pas froid
Même si tu ne peux plus te réchauffer à ma pelisse soyeuse
Oui j'ai plusieurs corps mais je ne suis qu'une
Je suis l'oiseau qui te perd au fond de ses yeux
Je suis la louve sanguinaire qui pourtant te berçait
Je suis l'ourse sauvage et sans pitié qui t'a accepté dans sa grotte
Tout ce que je suis a refusé ta cage
S'est libéré de ses chaînes
Y laissant quelques plumes, un peu de sang et bon nombre de coups de griffes
Libre je l'ai toujours été et je le serais à jamais
Au prochain et à mon Autre :
Ne cherche pas à m'attacher
Quel que soit le moyen que tu y emploies.
A toi qui me connaîtras vraiment et qui te battras pour me garder
Qui m'accepteras et m'aimeras pour ce que je suis...
Un monstre divin
(07-01-05)
 


10:16 Écrit par L'eau | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Nous devons rester libre pour voler encore et encore ;) Tu ries, tu pleures, tu vies et tu meurs, trois petit tours et puis s'en vont les petits malheurs

Écrit par : Gorky | 25/02/2005

Les commentaires sont fermés.